CONNAITRE LE DIABETE

DIABETE CHEZ LA FEMME

DIABETE ET VIE QUOTIDIENNE

VIDEOS SUR LE DIABETE

Accueil » Actualité et Nouveautés

NOUVEAU TRAITEMENT DU DIABETE TYPE 2

Soumis par admin le Saturday, 25 July 20093 Commentaires
NOUVEAU TRAITEMENT DU DIABETE TYPE 2

NOUVEAU TRAITEMENT DU DIABETE TYPE 2

LA VOIE DES INCRETINES

copie_de_apr06_191

RAPPEL DE LA PHYSIOLOGIE

La régulation normale de la glycémie, et le maintient de son niveau aux alentours de 1 gramme, est dû à l’action parallèle et synchronisée de 2 hormones : l’insuline et le glucagon.

Au moment du repas, c’est la production d’insuline qui devient plus importante, car elle permet l’utilisation du glucose par les cellules et son stockage ; la production du glucagon est très faible ou nulle ;

Après le repas, la production d’insuline diminue et c’est le glucagon qui prend le relais ; car il va permettre la mobilisation des stocks énergétiques ( dans le foie, le muscle, la graisse) pour maintenir le niveau glycémique à son niveau.

LE TRAITEMENT CLASSIQUE DU DIABETE DE TYPE 2 :

Le traitement du diabète de type 2 s’appuie sur 4 piliers, comme une chaise. Si un pilier manque, la chaise tombe, ce sont :

· La marche et/ou l’activité physique régulière

Voir chapitre : « diabète et sport »

· L’alimentation saine et équilibrée

Voir chapitres « alimentation et diabète » ; «  tagine et diabète »

· Le traitement médical ( oral ou insuline )

· L’auto surveillance diabétique

Voir chapitre « auto surveillance diabétique »

Dans le diabète de type 2, si les mesures hygiéno-diététiques et l’exercice physique ne suffisent pas à équilibrer le diabète, les médecins sont amenés à prescrire un ou plusieurs antidiabétiques oraux. Habituellement, il y’avait cinq classes de médicaments oraux pour traiter le diabète :

1 – les biguanides (Metformine) – les diabétiques les appellent « les gros comprimés ». Ils diminuent la production du glucose par le foie, et améliorent l’action de l’insuline au niveau des cellules.

2 – les sulfamides hypoglycémiants – les diabétiques les appellent «  les petits comprimés ». Ils stimulent la production d’insuline par les cellules bêta du pancréas/

3 – les glinides – ont une action identique aux sulfamides hypoglycémiants

4 – les inhibiteurs de l’alpha-glucosidase – ralentissent et diminuent la réabsorption du sucre de l’intestin vers le sang ; ainsi ils diminuent le taux de sucre dans le sang après un repas

5 – les glitazones – améliorent l’action de l’insuline au niveau du foie, du muscle et du tissu adipeux

capture1121

LE NOUVEAU TRAITEMENT DU DIABETE DE TYPE 2 :

Mais, les chercheurs ont découverts qu’il y’a un autre système et une autre hormone, en dehors de l’insuline et du glucagon qui interviennent dans la régulation de l’équilibre glycémique.

En effet, après administration du glucose ( sucre) par voie intraveineuse, il y’a automatiquement production et libération de l’insuline par les cellules bêta du pancréas. Mais, si on administre la même quantité du glucose par voie orale, la production d’insuline par les cellules bêta est plus importante. Cette différence de production d’insuline par les cellules bêta du pancréas, on l’appelle : « Effet Incrétine ».

capture2111

En effet, après administration orale du sucre, il y’a libération par l’intestin de 2 hormones ( les incrétines ), et qui sont :

Le GLP-1 : Glucagon-like-peptide 1

Le GIP : Glucose-dependent-Insulinotropic-Polypeptide

Ces 2 hormones stimulent la sécrétion de l’insuline ( hormone qui abaisse le taux de sucre), et réduisent la libération du glucagon ( hormone produite par les cellules alpha du pancréas, et qui augmentent le taux de sucre dans le sang).

capture32

Mais, seule l’Incrétine la GLP-1 ralentit le vidange gastrique, stimule la satiété et diminue la prise de poids . L’Incrétine GLP-1 est une hormone importante dans la régulation de la glycémie, lorsque le taux de sucre est élevé, sa production est gluco-dépendante. Mais sa durée de vie est courte, de quelques minutes ; car elle est détruite par une enzyme la Dipeptidyl- Dipeptidase-4 ( DPP-4 ).

capture411

LES DIFFERENTES ACTIONS DES INCRETINES ( GLP 1 )

increttine-1

DIABETE TYPE 2 ET EFFET INCRETINE

capture-51

Les recherches scientifiques ont développé 2 voies :

1 – La voie de GLP – donc, chercher une molécule qui a une demi vie plus longue .

Les laboratoires Lilly ont mis sur le marché un analogue de GLP-1, c’est l’EXENATIDE ou BYETTA, nécessitant 2 injections par jour, en association avec les antidiabétiques oraux dans le diabète de type 2.

2 – la voie de DPP-4 – la demi-vie des incrétines est courte, de quelques minutes, puisqu’elles sont détruites par l’enzyme la DPP-4 ( di peptidyl peptidase 4) ; donc il faut bloquer cette enzyme qui détruit les incrétines

capture221

.

L’arsenal médicamenteux du traitement du diabète de type 2 vient d’être enrichi par cette nouvelle catégorie thérapeutique «  les incrétines », et par cette nouvelle molécule

la SITAGLIPTINE – JANUVIA ( sous forme de comprimés, et produite par le laboratoire MSD) , qui permet seule ou en association avec d’autres antidiabétiques oraux, un meilleur contrôle du diabète, avec moins de prise de poids et moins d’hypoglycémies.

L’utilisation de la SITAGLIPTINE dans le diabète de type 2, a permis en dehors de l’équilibre glycémique ( HBA1C) :

  • une perte de poids ou en tout cas une absence  de prise de poids.
  • une diminution plus sensible des pics glycémiques post-prandiaux.
  • l’absence de risque d’hypoglycémie

3 Commentaires »

  • alain H. a dit:

    Bon exposé , mais j’aimerai savoir si ces traitements perdent rapidement leur efficacité. En effet j’ai rencontré des publications parlant d’anticorps “anti-byetta” , ce qui n’est pas encourageant.
    Quand au Januvia que j’ai utilisé pendant 7 ou 8 mois avant de l’abandonner, il a perdu très rapidement son efficacité et en 4 ou 5 mois son effet était devenu extrèmement faible…!

  • admin (author) a dit:

    En effet, l’administration de l’insuline ou des incrétines ( Byetta par exemple ) peut entrainer la présence d’anticorps; mais leur impact est trés reduit; c’est la dose qu’il faut légérement augmenter;
    par contre l’utilisation des antidiabètiques oraux quelle que soit leur mode d’action, entraine avec le temps une diminution de leur action, ceci est dû la réduction progressive de la production d’insuline par les cellules Béta du pancréas. Cette pénurie de la secrétion d’insuline se passe entre 8 à 12 ans d”ancinneté du diabète; mais il y’a des cas ou les cellules Béta fonctionnent mieux et durent trés longtemps ( on a des cas de diabètiques agés de 85 ans, leur diabète dure pàlus de 43 ans, et sont toujours sous antidiabètiques oraux. ), par contre, cette pénurie peut être rapide oui précoce en cas de facteurs favorisants : le stress, écarts diététiques importants, infections répétives, maladies concomittantes, corticothérapie….

  • Rachida a dit:

    bonsoir Dr. Khlafa
    merci pour votre générosité et votre bonté.

Laisser votre réponse!

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou trackback depuis votre propre site. Vous pouvez aussi vous abonnez à ces commentaires via RSS.

S'il vous plaît Restez sur le sujet. Pas de spam.

Vous pouvez utiliser ces balises:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Il s'agit d'un Gravatar-enabled Blog, Pour obtenir votre globally-recognized-avatar, s'il vous plaît allez vous inscrire à Gravatar.